Etape 7: Israël + Bethléem

Un voyage aux multiples facettes

Noël à Jérusalem et Bethléem

Le périple démarre le 23 décembre, par Jérusalem, ville sainte, aux 3 religions monothéistes, capitale d’Israël, capitale souhaitée des Palestiniens, ville d’histoire. Elle occupe une place centrale pour de nombreux peuples dans le monde. La ville est cosmopolite, moins d’un million d’habitants, qui se répartissent entre la vieille ville, cité historique et touristique, et les quartiers modernes adjacents. Je pose mon sac pour 3 nuits dans une grande auberge de jeunesse, dans un quartier animé « dowtown triangle ». Je pars explorer la vieille ville, pour m’immerger directement dans l’ambiance. Elle est entourée de remparts, plusieurs portes pour y accéder, elle est composée de 4 quartiers: quartier chrétien, musulman, juif et arménien. Tous cohabitent sur moins d’un km²! J’ai particulièrement apprécié le quartier chrétien, en cette période de Noël, seule religion à le célébrer. La visite de la basilique du Saint-Sépulcre, appelée aussi « église de la Résurrection », ne se fait pas sans émotion, même en tant qu’athée. Elle est le lieu présumé de la Crucifixion de Jésus. Les pèlerins font la queue pendant plus d’une heure pour se recueillir devant le tombeau du Christ, c’est impressionnant. En sortant de la basilique, je me dirige vers le mur des Lamentations, sur un fond d’appel à la mosquée. Une atmosphère unique… j’arrive sur l’immense esplanade du mur des Lamentations, ou mur occidental, il y a foule. Les hommes sont séparés des femmes, pour le recueillement et la prière. Je me faufile parmi les femmes, sur la partie droite du mur, j’observe les instants de prières, les joies, les pleurs, des émotions fortes sur ce lieu de pèlerinage le plus prisé de la religion juive. Chacune attend son tour pour toucher ce mur vénéré. Je suis prise par la spiritualité du lieu, et à mon tour, fait un vœu (sur un bout de papier que l’on coince entre les pierres du mur). Je me balade ensuite dans les ruelles, aux multiples boutiques de souvenirs religieux et touristiques. J’arrive dans le quartier musulman, autour du magnifique Dôme du Rocher,  la grande mosquée au dôme dorée. C’est le 3ème lieu saint pour les musulmans, après la Mecque et Médine. Imposante, elle domine la Vieille ville. Je termine par le petit quartier arménien, avec sa belle cathédrale et son monastère.

Je fais le chemin de Croix, le 24 décembre, je suis les nombreux pèlerins du monde entier, européens, africains, asiatiques… le long de la « Via Dolorosa ». Le chemin de Croix est composé de 14 « stations », tirées des Évangiles, qui évoquent des moments particuliers de la vie du Christ. Je poursuis ma découverte de la ville, par le mont des Oliviers, souvent cité dans la Bible, l’une des 4 collines sacrées de Jérusalem. Pour les 3 religions, il est important, car ce serait le lieu du Jugement dernier. La vue panoramique sur la vieille ville est splendide. 2 visites valent le détour: l’église des Nations et l’église Pater Noster, où « notre Père » était écrit sur les murs dans de nombreuses langues, même en breton !

Je passe la soirée du réveillon de Noël avec un groupe de voyageurs étrangers (allemands, polonais, américain, italiens) et deux israéliens (soirée organisée via l’application couchsurfing). Un réveillon pas comme les autres, bien sûr, sans repas festif ni cadeaux au pied du sapin, mais un réveillon unique. Début de soirée à faire connaissance autour d’un simple dîner de traditionnels humus et falafels, accompagnés de quelques bières. Nous partons vers 23h vers l’église de la Dormition, pour avoir une place assise à la messe de Minuit. Je tenais à y assister, symbolique ici, pour ma première messe de minuit. Et oui, il a fallu que je vienne à Jérusalem pour y aller! Célébrée en anglais et en allemand, ce fut une très belle cérémonie, un grand moment de spiritualité.

Le 25 décembre, je vais à Bethléem, côté Palestine, avec une partie du groupe de la veille, en bus, environ 10 kms au sud de Jérusalem. La ville compte environ 30000 habitants, principalement musulmans palestiniens. La visite est symbolique en ce jour, puisque lieu de naissance présumé de Jésus. Nous nous dirigeons vers l’église de la Nativité. Aux abords de l’église, de nombreux groupes de pèlerins, de diverses nationalités, chantent, célèbrent ce jour de Noël. Des argentins mettent une ambiance festive à l’entrée de l’église. A l’intérieur, une queue d’environ une heure pour toucher le lieu précis de naissance du Christ. A deux pas, la grotte du lait, ou grotte de la Vierge, où la Sainte-Vierge se serait cachée et aurait allaité l’enfant Jésus.

Autre facette de Bethléem, de l’autre côté de la ville, le mur de séparation entre l’Israël et la Palestine, cela rappelle le mur de Berlin. Ce mur, qui passe aussi à Jérusalem, suit la « ligne verte » définie par l’état d’Israël, fait environ 8m de hauteur, et près de 700kms ! Derrière cet atmosphère de quiétude religieuse, un autre décor, la réalité d’un conflit latent entre juifs israéliens et musulmans palestiniens, et d’une forme de colonisation. Sur la mur, de superbes street arts, notamment ceux du célèbre Bansky, très touchants, quelque peu provocateurs. On visite d’ailleurs l’hôtel Bansky, café et surtout son musée sur l’histoire du mur. Nous passerons par un « check point » piéton, pour reprendre un bus retour pour Jérusalem: passage un peu glauque dans les enceintes du mur, contrôle des autorités israéliennes, militaires kalachnikovs en bandoulières, comme beaucoup dans le pays. La présence des forces armées est omniprésente, des jeunes principalement, c’est assez choquant de prime abord. Le service militaire en Israël est obligatoire pour tous: 3 ans pour les hommes, 2 ans pour les filles ! Cela explique que je croise tous les jours des jeunes, armes en bandoulières, dans la rue comme dans les bus. Un engagement militaire fort. J’ai ressenti une certaine anxiété permanente chez les israéliens. Ils ont presque tous vécu des conflits armées. On sent qu’ils sont encore sur le qui-vive, même si je me suis toujours senti en sécurité lors de mon voyage.

Sud de l’Israël et Tel Aviv

Initialement, je pensais visite le Nord du pays, mais le temps s’est dégradé, la pluie est arrivée après Noël. Je décide donc de partir pour le sud, trouver le soleil au bord de la mer Rouge, à Eilat. C’est une station balnéaire, à la frontière avec l’Egypte et la Jordanie, située à proximité du désert du Neguev. Il fait environ 18-20°C, le soleil est au rendez-vous. J’ai besoin d’un peu de repos, avec toutes ces vadrouilles. Je me fais une journée tranquille, avec une session de snorkeling, location de masque et tuba partout dans les clubs de plongée, principale activité à Eilat. La mer est claire, de beaux coraux et poissons colorés, qui n’égalent pas les spots d’Asie du Sud-Est, mais ça vaut le détour. Je rencontre Antoine à l’auberge de jeunesse, un parisien, Michele, un italien de 76 ans, éternel voyageur solo, et Cathy, une suédoise. Nous partons le lendemain faire une balade de 3-4h, à 20 kms au nord, dans le Red Canyon. C’est samedi, pas de bus, c’est sabbat! Nous prendrons un taxi collectif à l’aller, et rentrerons en stop. La balade au milieu du canyon et à travers les roches orangées-ocres est très sympa.

Après 2 jours à Eilat, je prend le bus pour le désert du Neguev, à Mitzpe Ramon. Balade autour d’un immense cratère éteint, de 20 kms de diamètre ! Je croise quelques bouquetins, dans ce paysage aride et presque lunaire. Je remonte ensuite sur Tel Aviv, le 30 décembre.

Tel Aviv, une autre vision de l’Israël! Ville bordant la mer Méditerranée, près de 6 kms de plage, où il fait bon prendre un verre en terrasse, faire du sport (surf, kite surf, running, et matériel de musculation à disposition dans les squares) ou « chiller » paisiblement. Avec environ 300 jours de soleil par an, une température de 20° au nouvel An, il fait bon vivre. Cela explique certainement le nombre d’expatriés, notamment français. Poumon économique du pays, la ville est moderne, hyperactive, à la population aisée, avec une ambiance décontractée. Ici, on prend le temps de vivre, balades dans les différents quartiers, bars, restaurants, marchés, galeries d’arts. Le vieux quartier , »Jaffa », exposé sur la mer, avec son port de plaisance et ses ruelles pavés, a un véritable charme. Je découvre dans le cœur de ville, l’architecture spécifique du « Bauhaus », des années 1930, mouvement artistique interdit par l’Allemagne nazie, qu trouve refuge ici. Un style très particulier, d’immeubles au forme arrondi et au toit plat, aujourd’hui classé Patrimoine mondial de l’Unesco, en pleine restauration.

Je rencontre Brigitte, une québécoise, avec qui je découvre les plaisirs de Tel Aviv. Nous passons un très bon réveillon du Nouvel An. Je trouve un plan « roof top house party », organisé par un israélien, via couchsurfing, avec des voyageurs de toutes nationalités. Magnifique vue sur les gratte-ciels de la ville, bonne ambiance, Tel Aviv confirme sa réputation de ville festive! 🙂

Fin du périple au Proche-Orient. De belles découvertes, des paysages riches et variés, et de forts contrastes, voire des paradoxes, qui ne laissent pas indifférents.

A voir, à faire

  • Jérusalem: la Vieille ville, sillonné les ruelles des 4 quartiers chrétiens, musulmans, juifs et arméniens, visiter les incontournables Basilique du Saint-Sépulcre, l’Eglise de la Dormition, le Tombeau de David, le Mur des Lamentations, Dôme du Rocher, et bien d’autres sites religieux pittoresques. Parcourir le chemin de Croix en suivant un groupe de pèlerins, monter au mont des Oliviers, visiter l’église des Nations et du Pater Noster, admirer la vue panoramique sur la vieille ville, découvrir la Cité de David sur le mont du Temple, site archéologique des origines de la ville.
  • Bethléem: l’église de la Nativité, la Grotte du lait, le street art sur le mur de séparation israélien et les « œuvres » de Bansky, le musée de l’histoire du mur dans l’hôtel Bansky.
  • Eilat: plongée ou snorkeling, farniente, et pour les sportifs, de belles randonnées dans les environs, dont le Red Canyon.
  • Mitzpe Ramon: village qui borde l’immense cratère Makhtesh Ramon, érosion karstique au milieu du désert du Néguev, point de départ de nombreuses randonnées.
  • Tel Aviv: « Old Jaffa » le quartier historique, l’architecture Bauhaus, l’avenue Rothschild, se balader sur les marchés (Karmel market très animé), les galeries d’arts, profiter de la plage en toutes saisons, boire un verre en terrasse, voire faire la fête toute la nuit.
  • Passeport – visa – tampon: aucune demande de visa au préalable pour les ressortissants français. Le point important: Penser à éviter le tampon sur le passeport, si vous souhaitez visiter d’autres pays musulmans (liste de 16 pays dont la Malaisie, prévue au programme). Lors de mon passage de la frontière, terrestre depuis le pont Allenby, en Jordanie, la douane m’a fourni un visa papier, à conserver le temps du voyage en Israël et territoires palestiniens, pas de tampon sur le passeport (voir photo ci-dessous). Vous pouvez toujours demander à la douane, pour assurer le coup.
  • City break à Tel Aviv: une destination de choix pour un week-end prolongé, avec réservation en low-cost depuis Paris et autres villes de province (Nantes, Bordeaux, Lyon avec Easyjet), à 4h à 4h30 de vol.

Jérusalem

Bethléem

Eilat & Red Canyon

Mitzpe Ramon

Tel Aviv-Jaffa

Passeport: tampons sur papiers séparés

4 commentaires sur « Etape 7: Israël + Bethléem »

  1. Hello Caro, voilà encore une très belle découverte, même si pour une athée comme moi, l’excès de croyances me met mal à l’aise. J’imagine très bien que la spiritualité qui flotte dans l’air doit se propager, même aux non-croyants 🙏🏻 .il va quand même falloir que tu arrêtes de voyager de pays en pays 😁 Je dois organiser mes vacances cet été et je ne fais que de changer après chacune de tes escapades. Bon j’ai quand même hâte de lire et voir la suite , c’est tellement bien écrit . Merci pour le dépaysement et je te re souhaite une très très belle année 2020, remplie de découvertes et de belles rencontres. Bises Isa

    Aimé par 1 personne

    1. Israël est une belle expérience, même pour les athées, et le pays possède de nombreux autres attraits que le tourisme religieux.
      Pour les vacances d’été, toujours difficile de choisir sa destination, je te comprend ! Si tu veux des conseils, je suis à ta dispo.
      Encore bonne année 2020 ! Bises

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :